10/04/2007

UN RETOUR TIMIDE

 

Je sais, je me fais de plus en plus rare ici. Ma ligne de conduite est la suivante : je n’écris pas lorsque je n’en éprouve pas le besoin, je ne suis pas un scribe qui doit remplir son papier tous les jours. Ma vie de gay est si pauvre ces derniers mois que je la considère comme presque inexistante…

 

Afin d' en avoir le coeur net, je me suis fait un petit profil sur un site célèbre, histoire de voir comment j’allais réagir face à mes semblables… J’ai ainsi eu près de 20 contacts msn en 15 jours, j’ai discuté avec certains,  arrangé des rendez-vous avec d’autres… Tout cela pour voir où j’en étais par rapport à cette homosexualité que je ne vis quasi plus depuis 10 mois. Comprenez que je n’ai plus couché en tant que mec avec un autre mec depuis le printemps dernier…

 

Comme par hasard, les trois rencontres prévues n’ont pas eu lieu. Je vous passe les détails parfois aberrants, la mauvaise foi de quelques uns et le manque de sérieux de la plupart. A croire que l’on vit seulement au travers d’une photo ou d’une cam. Passons…

 

J’ai perdu patience, j’ai poussé la conversation plus loin avec deux mais je me demande où ça va me mener… Pour pas mal de gay, un homme est une queue, et plus elle est grosse, plus ça fait du bien. Voilà ce que j’en ai déduit. C’est lamentable, et j’ai donc effacé mon profil avec un sourire satisfait.

 

Pour ma part, j’ai toujours considéré qu’un homme est un tout. J’adore discuter avec lui, sentir son cœur battre et ses mains me parcourir… Et si tu  souhaites seulement faire la connaissance de mon cul, dis-le moi, nous aviserons… Plus la démarche est claire, plus le but a des chances d’être atteint.

 

Ma vie de Franny depuis juin dernier a bien changé la donne. Elle me comble, elle me plait,  elle me donne des ailes, elle me fait virevolter, je ne peux plus la concevoir autrement…

21:25 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rencontre, homosexuel, coeur, vie, homme |  Facebook |

14/02/2007

SOUVENIR DE SAINT VALENTIN

 

Ca y est, le jour de tous les amoureux est arrivé. Que de déclarations incendiaires, de baisers passionnés, de caresses langoureuses, rien qu’à y penser, j’en frissonne tout entier. Pour ma part, je n’ai pas d’amoureux dans ma vie mais je ne vais pas pleurer tout seul sur mon lit ce soir.

 

Le destin peut m’apporter une belle rencontre avec un homme charmant, qui sait ? Dans le cas contraire, je trouverai toujours un moyen de m’occuper. L’amour ne se consacre pas un jour pour moi mais tous les jours.

 

Je me souviens d’un gars que j’avais rencontré à Bruxelles il y a trois ans jour pour jour. Nous avions rendez-vous le soir de la saint valentin dans une taverne près de la Bourse. Ca tombait bien, nous étions seuls dans la vie, nous n’avions rien de prévu à cette occasion. Il m’attendait à une petite table près de la fenêtre, il me fit un grand sourire à mon arrivée. J’avais envie de vin, lui aussi. Notre conversation fut très nourrie et le vin blanc commençait à tourner les têtes.

 

Il se faisait tard, il me proposa de le suivre chez lui afin de terminer la soirée. Il habitait le centre, il ne fallut donc pas marcher longtemps. Une fois chez lui, il prit place sans tarder à mes côtés. Je le trouvais séduisant avec ses grands yeux verts, sa douceur nonchalante. Il  posa sa main sur la mienne et me dit qu’il me trouvait mignon. J’eus à peine le temps de le remercier que ses lèvres se collèrent aux miennes tout naturellement. Après quelques longues minutes de silence, une clef tourna dans la porte.

 

Il se ressaisit tandis que je sursautai. Un homme entra dans le salon et regarda mon compagnon de soirée avec stupéfaction. Je compris très vite, je me levai, m’excusai. L’homme debout me dit que je n’y étais probablement pour rien et que son compagnon n’en était pas à son premier coup d’essai.

 

Je ne me retournai pas, murmurai un bonsoir et rentrai chez moi dans la nuit noire de saint valentin. Encore un homme décevant, encore un menteur, encore un amoureux infidèle. Ma vie de gay n’a pas souvent été heureuse dans mes rencontres ces quatre dernières années…

11:19 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : saint valentin, homme, amoureux, gay, rencontre |  Facebook |

12/02/2007

LE BESOIN D'ETRE HEUREUX

 

Je marche, je danse, je cours, je vole. Je croque la vie à pleines dents, je savoure tous ces instants trop précieux que le destin m’offre par belles tranches d’un gâteau savoureux. Je me délecte de fraises, de crème fraîche, je n’arrête plus d’être ce petit gourmand qui en veut encore et encore.

 

Je ne conçois pas la vie sans personnes à voir et choses à dire. Je m’entoure de nouveaux copains qui deviendront peut être des amis. Je dévore des bouquins de toutes sortes, je suis excité à l’idée de franchir un nouveau cap dans ma vie professionnelle, et je me dis que l’avenir est résolument positif…

 

Je suis Franck le matin, je deviens Franny l’après-midi. Cette femme en moi m’épanouit plus, elle me permet de me sentir vraiment bien, elle me donne des ailes multicolores qui battent délicatement au vent.

 

Et que serait ma vie sans hommes à connaître, à rencontrer, à séduire ? Dans leur grande diversité, ils suscitent en moi désir, besoin et passion. Je ne peux pas m’en passer, ils sont indispensables à mon bien être…

15:06 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : heureux, homme, franny, destin, vie |  Facebook |

03/02/2007

UNE VIE TREPIDANTE

 

Je n’ai pas perdu la tête, tout va très bien dans le meilleur des mondes, merci. J’ai viré mon psy car il m’ennuie et ne m’est d’aucun secours, je préfère laisser passer un peu de temps et aller consulter si le besoin s’en fait sentir. D’ailleurs, il m’avait prévenu, je n’ai pas besoin d’une psychothérapie, je vais bien… Ce qui me titille à ce jour, c’est mon désir d’avoir des seins, j’aimerais évoquer cette envie lancinante de féminité avec un spécialiste prochainement lorsque j’aurai déménagé.

 

Parlons-en de mon départ, il se situerait aux alentours du premier août. Bruxelles est donc ma destination future, cette ville m’excite et m’attire, je ne peux plus résister. A part toute une série de points que je n’évoquerai pas pour le moment, il faut savoir que Bruxelles m’attire aussi car il y est plus évident de vivre une double vie comme la mienne. Liège reste malgré tout une ville village et cela ne me suffit plus. Je vivrai mon départ comme un choc intérieur car je suis sensible aux choses et aux gens, mais je me dis que mon avenir est ailleurs…

 

En ce qui concerne ma vie privée, j’avoue qu’elle est loin d’être ennuyeuse. J’ai de nouveaux prétendants, je me laisse désirer très fort et je suis loin d’être dupe. J’aime les hommes motivés, pas les baratineurs briseurs d’espoir. Je peux m’investir beaucoup et sans détour dans une relation communément choisie, mais je reste de marbre et peu enclin aux compromis avec un homme qui se joue de moi.

 

J’ai le sourire aux lèvres, j’ai pris les décisions qui s’imposent, je me sens pousser des ailes pour voler jusqu’à ce bonheur dont je sens les premiers effets…

14:31 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bruxelles, vie, homme, bonheur, desir |  Facebook |

21/01/2007

LIFE IS WHAT YOU MAKE IT

 

Je ne sais plus trop où j’en suis… Mon psy a parfois l’art de me taper sur le système, c’est comme s’il voulait tout décrypter de moi derrière le Franck bien connu de tous. J’ai l’impression d’être un suspect qu’on a besoin d’entendre afin de voir si la direction qu’il compte prendre est la bonne. Et voilà qu’on gratte, qu’on essaie de savoir quel homme je suis…

 

Qui suis-je en fait ? Un homme qui aime prendre soin de lui mais qui ne néglige pas les autres. Epicurien dans l’âme et très sensible au cœur, je profite des moments agréables de ma vie et vibre sous le poids de mes émotions. D’après mon psy, je suis une maman pour moi. Heureux de l’apprendre…

 

Evidemment, le but consiste à savoir pourquoi cet homme « bien sous tous rapports » a décidé un jour d’être un autre. C’est déstabilisant  pour certains mais pas trop pour moi. J’ai fait les frais de deux amitiés en quelques semaines, je me dis que cet homme et cette femme n’étaient pas des amis tout compte fait. Et mon psy de me dire que je suis en train de changer…Je ne vois pas en quoi changer doit engendrer la rupture avec le passé. Je ne change pas en fait, j’évolue.

 

Il est vrai que j’ai une forte tendance à bannir de mon existence toute personne qui ne me respecte pas ou s’évertue à me casser les pieds. Mon impatience naturelle peut être à l’origine de certains coups d’éclat…

 

Je ne tiens pas en place, je fourmille d’idées et de projets, je continue ma route envers et contre tous. Je vis intensément car c’est la meilleure façon pour moi de me prouver que je peux avancer…

12:34 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vie, homme, psychologue, emotion, ami |  Facebook |

13/01/2007

TROUBLES ET DESIRS

 

Quelle semaine ! Depuis que j’ai appris l’avis du comité, je me pose  des questions par centaines, le trouble en moi ne fait que s’intensifier, j’éprouve de sérieux manques, j’ai le sentiment d’être une femme abandonnée sur le bord d’une route…

 

Il est clair que je ne suis pas un transsexuel, je ne renie pas mon identité masculine pour vouloir la transformer à tout prix. Ma vision de la femme ne se concentre pas sur le bas de la ceinture, elle a des seins, une féminité flagrante et s’assume avec plaisir. Lors de mon dernier entretien avec mon psy, il en résulte que je suis insatisfait, je projette mon avenir en femme depuis des mois déjà et la perspective que je devienne un she male semblerait se dessiner dans ma tête…Quoiqu’en  pensent les spécialistes, je suis le seul décideur… Nous verrons comment tout cela évoluera.

 

Evidemment il y a des interrogations incontournables et auxquelles je ne peux apporter aucune réponse concrète : Pourquoi ? Comment se fait-il ? Je sens cette féminisation en moi et je veux me donner la chance de m’épanouir vraiment. Je n’ai pas d’autre argument de réponse à mettre sur la table pour le moment. Je sais que mon psy va m’aider à creuser au plus profond…

 

Depuis des mois, je ne conçois plus de coucher en tant qu’homme avec un homme. Les propositions n’ont pas manqué ces derniers jours mais non…Je n’en ai pas envie, je ne veux pas…Voilà déjà 8 mois que Franny explose en moi et je ne peux plus imaginer l’avenir autrement…

13:07 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : trouble, desir, femme, homme, she male |  Facebook |

04/01/2007

EN AVANT 2007

 

Les fêtes terminées, la vie reprend son cours. Que c’est beau de voir tous ces gens se souhaiter la bonne année, le pensent-ils vraiment… ? J’ai toujours été sidéré de voir avec quelle effervescence certains vous souhaitent leurs meilleurs vœux alors qu’ils n’en ont strictement rien à faire. Comme ça serait cool de pouvoir leur rétorquer tout sourire : Mais je te souhaite à toi aussi une année où tu puiseras au fond de ton cœur l’essence même du mot vérité ! Oui, je sais, c’est une syntaxe un peu compliquée à dire après quelques verres de champagne…

 

Ces dernières semaines, j’ai aussi appris que, dans bien souvent des cas, on ne peut compter que sur soi. Il faut rassembler ses forces et avancer coûte que coûte. Il faut faire de 2007 et des suivantes des années bonheur absolument. C’est tellement plus sympa.

 

Pour ma part, j’ai fêté sagement le cap de l’an. Depuis lors, je vis ma vie comme un film à l’envers. Je pense à mes débuts de travesti en juin, à mes entretiens  avec le psy. Je vois des amis et ne veux plus perdre mon temps avec certains hommes. Je ne suis pas morose mais, depuis deux jours, je ressens monter encore en moi une poussée de féminité très troublante…J’ai la fièvre au corps, l’esprit en ébullition, j’ai comme l’impression de n’en avoir pas tout à fait fini avec le trouble de ces derniers mois…

16:48 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : homme, bonheur, trouble, travesti, 2007 |  Facebook |

24/11/2006

COMME UN PAPILLON

 

Mercredi matin, j’ai vu le psychiatre superviseur du comité. Ce fut une rencontre agréable qui a permis de dresser le bilan. On a reparlé de ma vie actuelle, ma situation professionnelle, mes projets d’avenir, mes passions, mes amis, ma famille… J’ai répondu le plus naturellement du monde aux nombreuses questions de cet homme que  je voyais pour la première fois. Il s’agissait de mettre les pendules à l’heure avant le prochain verdict des spécialistes avec lesquels je me suis entretenu ces dernières semaines.

 

Je suis confiant. J’attends sereinement l’avis du comité. J’espère réagir de la façon la plus posée à l’avis qui me sera donné. Je ne veux pas en souffrir, je veux être bien dans ma peau. Pour des raisons pratiques, je suis cet homme le matin et cette femme dès l’après-midi jusqu’au coucher. Ma féminité prend le dessus sur ma masculinité, et cela fortifie mon désir d’être cette femme qui vibre en moi, avec tout son cœur, avec toute son âme…

 

Je ne vis pas sur un nuage, je sais qu’il va falloir oser de plus en plus pour me prouver que je peux être Franny au grand jour. Mes sorties ponctuelles m’ont rassuré et m’ont motivé à l’idée de me révéler plus encore. Je suis comme un papillon qui déploie ses ailes doucement pour s' envoler…

08:07 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : papillon, psychiatre, homme, rencontre, vie |  Facebook |

12/11/2006

CES HOMMES DANS MA VIE

 

C’est un dimanche comme tant d’autres, je tourne un peu en rond mais je me sens bien au calme. Quand je pense à tous ces hommes qui sont entrés dans ma vie en l’espace de six mois, j’étais loin d’imaginer que certains allaient laisser des traces…

 

Il y a d’abord eu Didier, ce beau Martiniquais brillant et sympathique qui manifesta le désir de me rencontrer pour vivre cette première fois avec moi. Je n’étais pas un objet de fantasme, j’étais pour lui une personne à part entière qui avait droit au respect. Je me souviens de son regard franc et de nos ébats magnifiques à la fin du printemps. Je n’ai plus de nouvelles.

 

Ensuite débarquèrent  Steve et Jean. Les deux manifestèrent beaucoup de tendresse et du désir à mon égard. Ils n’hésitèrent pas à me consacrer de précieuses minutes. Je ne les ai plus vus depuis, mais je sais que je peux les contacter sans problème.

 

Bernard arriva en août. Ce fut le coup de foudre sensuel de l’été. Je plongeais dans son regard tandis qu’il m’embrassait goulûment. Il me faisait l’amour intensément, j’éprouvais des orgasmes délicieux en sa compagnie. Je le revois de temps en temps. 

 

Ces dernières semaines, j’ai eu droit à des amants de passage avant d’en trouver deux ou trois réguliers. Bien souvent mariés, ils ne peuvent pas me consacrer plus de deux ou trois heures.

 

La présence dans ma vie de Patrick et de Philippe me rappelle qu’une vraie relation avec un homme est difficile. Je dois négocier du temps et discuter des paramètres indispensables au bon développement de nos relations. N’étant pas pessimiste, je me dis que le meilleur est à venir. Aussi, ma condition de célibataire m’ouvre bien des portes…

17:43 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : homme, relation, celibataire, temps, vie |  Facebook |

17/10/2006

ENTRETIEN AVEC MON PSY

 

J’avais rendez-vous à 14h ce lundi. Il m’a fait entrer dans le vestibule, m’a ouvert la porte sur son cabinet ou je fus invité à prendre place dans un grand divan blanc. Un fameux divan, celui de toutes les vérités, des plus petites aux plus grandes, des plus douces aux plus troublantes…

 

Mon psychologue se vautra dans son fauteuil de cuir noir et commença à m’observer de son regard vif. Cela me faisait drôle de me retrouver devant cet homme. J’admis ne pas en avoir l’habitude mais cela ne me gêna pas pour lui annoncer le but de ma visite. Je le sentis intéressé et très observateur.

 

Cette féminité qui a pris le dessus sur ma masculinité au printemps dernier l’a pas mal intrigué. Il m’a demandé pourquoi. Il s’est étonné de savoir que  du jour au lendemain je n’ai plus couché en tant qu’homme avec un autre homme. Qu’est-ce qui a été déclencheur selon moi ? Je lui ai avoué ne pas le savoir moi-même. Grosse question qui n’a pas trouvé de réponse…

 

Voilà près de cinq mois que je me travestis entre mes quatre murs et je songe devenir une femme. N’est ce pas là une façon, selon lui, d’éviter cette ambiguïté de mise pour ressembler à une vraie femme, ce qui m’évitera ainsi de me préoccuper de ce que pensent les autres…Franck est-il insatisfait au point d’éprouver le besoin de se transformer en Franny ? Franck n’aime-t-il pas jouer ? Franck n’est-il pas constamment sur le fil ?

 

Mon psy m’a aussi demandé de lui parler de la femme que je voulais être. Je l’ai imaginée douce, affable, humaine, élégante et sexy, avec une vie sociale et professionnelle assez classique somme toute. Je me souviens avoir beaucoup parlé avec les mains lorsque je lui disais que je voulais être cette femme tout le temps et que je souhaitais avoir une vie sociale à part entière en Franny.

 

Quarante cinq minutes se sont écoulées à sentir ce regard qui vous scrute et qui n’en pense pas moins… Suite la semaine prochaine au deuxième entretien…

21:42 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : divan, verite, femme, homme, visite |  Facebook |

25/07/2006

MA DOUBLE VIE

 

Il n'est pas rare de me croiser en jeans et t-shirt dans la rue et me retrouver chez moi en mini jupe et talons hauts. La transformation peut prendre 30 minutes.

Je commence par me raser de près, j'étale le fond de teint, je me poudre, je mets du ricil, je souligne mes yeux bleus d'un trait de crayon, et je termine par colorer mes lèvres gourmandes avec un rouge à lèvres brillant. J'enfile mon string, mon soutien-gorge, ma jupette et mon body, je chausse mes talons noirs et je me coiffe de ma perruque brune. Un coup d'oeil dans le miroir pour ajuster le tout, et Franck se révèle être Franny... Impératif absolu: ne pas sombrer dans le ridicule, être une femme tout à fait désirable.

Pour l'heure, je me travestis quand je dois rencontrer un homme. Il fait très chaud, et le côté accessoires m'agace un peu. Je voudrais ne plus porter de perruque mais avoir des cheveux suffisamment longs, ne plus couvrir ma peau de fond de teint afin d'effacer ma barbe, me sentir toujours femme afin de ne pas passer de l'état de mec cool à celui de femme sexy ou l'inverse constamment. 

Je ne sors pas encore en travesti. Il s'en faut de peu parfois pour que je me jette à l'eau, mais je préfère dans un premier temps affronter le regard des gens aux bras d'un homme qui ne sera pas gêné de marcher à mes côtés. Un seul accessoire pourrait aussi faire l'affaire: une paire de lunettes de soleil...

En tant que "femme", j'ai certains avantages dans ma morphologie. Je ne suis pas très grand comme certaines femmes, je ne serais donc pas une girafe reconnaissable entre tous. Quant à mes jambes, elles attirent le regard des hommes car elles sont belles et suscitent la jalousie de ces dames... C'est chouette ça! Pour ce qui est de ma voix, déjà sensuelle au départ, je peux la féminiser et la rendre lascive à souhait.

Je pensais faire les soldes récemment, puis je me suis dit qu'il n'était peut- être pas indispensable de venir étoffer ma garde robe de mec sympa...

18:13 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : travesti, femme, homme, sexy, robe |  Facebook |