07/03/2007

LA CONQUETE

 

Franny prend de plus en plus de place dans ma vie d’homme, elle se veut téméraire et séductrice, elle talonne même Franck sur la ligne d’arrivée. Elle est là qui se révèle de jour en jour, elle est conquérante et Franck ne lui oppose quasi aucune résistance.

 

Il faut du courage pour vivre ces bouleversements intérieurs, mais quel bonheur de laisser son cœur s’épancher librement. J’ai l’impression de braver tous les interdits, d’avancer sur un terrain mouvant mais je me donne du temps pour sortir fébrilement au grand jour.

 

Jusqu’à présent, Franny a surtout vécu au travers de ma plume et entre mes quatre murs, il est impératif aujourd’hui de laisser le doux vent du printemps lui caresser le visage. Elle a besoin de s’apprêter pour évoluer dans le monde extérieur, le plus stressant  mais le plus réel. Il ne s’agit plus ici de passer du salon à la chambre, il faut montrer qu’on peut vivre comme tout un chacun.

 

Franck libère Franny de sa prison, il lui donne le feu vert pour s’exprimer plus encore. Il s’efface devant celle qui parle presque pour lui. Jusqu’où ira-t-il ? Jusqu’où osera-t-elle aller ? Il est encore tôt pour le savoir mais chaque jour qui passe est un pas vers mon propre bonheur.

22:50 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : conquete, vie, bonheur, courage, prison |  Facebook |

03/02/2007

UNE VIE TREPIDANTE

 

Je n’ai pas perdu la tête, tout va très bien dans le meilleur des mondes, merci. J’ai viré mon psy car il m’ennuie et ne m’est d’aucun secours, je préfère laisser passer un peu de temps et aller consulter si le besoin s’en fait sentir. D’ailleurs, il m’avait prévenu, je n’ai pas besoin d’une psychothérapie, je vais bien… Ce qui me titille à ce jour, c’est mon désir d’avoir des seins, j’aimerais évoquer cette envie lancinante de féminité avec un spécialiste prochainement lorsque j’aurai déménagé.

 

Parlons-en de mon départ, il se situerait aux alentours du premier août. Bruxelles est donc ma destination future, cette ville m’excite et m’attire, je ne peux plus résister. A part toute une série de points que je n’évoquerai pas pour le moment, il faut savoir que Bruxelles m’attire aussi car il y est plus évident de vivre une double vie comme la mienne. Liège reste malgré tout une ville village et cela ne me suffit plus. Je vivrai mon départ comme un choc intérieur car je suis sensible aux choses et aux gens, mais je me dis que mon avenir est ailleurs…

 

En ce qui concerne ma vie privée, j’avoue qu’elle est loin d’être ennuyeuse. J’ai de nouveaux prétendants, je me laisse désirer très fort et je suis loin d’être dupe. J’aime les hommes motivés, pas les baratineurs briseurs d’espoir. Je peux m’investir beaucoup et sans détour dans une relation communément choisie, mais je reste de marbre et peu enclin aux compromis avec un homme qui se joue de moi.

 

J’ai le sourire aux lèvres, j’ai pris les décisions qui s’imposent, je me sens pousser des ailes pour voler jusqu’à ce bonheur dont je sens les premiers effets…

14:31 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bruxelles, vie, homme, bonheur, desir |  Facebook |

04/01/2007

EN AVANT 2007

 

Les fêtes terminées, la vie reprend son cours. Que c’est beau de voir tous ces gens se souhaiter la bonne année, le pensent-ils vraiment… ? J’ai toujours été sidéré de voir avec quelle effervescence certains vous souhaitent leurs meilleurs vœux alors qu’ils n’en ont strictement rien à faire. Comme ça serait cool de pouvoir leur rétorquer tout sourire : Mais je te souhaite à toi aussi une année où tu puiseras au fond de ton cœur l’essence même du mot vérité ! Oui, je sais, c’est une syntaxe un peu compliquée à dire après quelques verres de champagne…

 

Ces dernières semaines, j’ai aussi appris que, dans bien souvent des cas, on ne peut compter que sur soi. Il faut rassembler ses forces et avancer coûte que coûte. Il faut faire de 2007 et des suivantes des années bonheur absolument. C’est tellement plus sympa.

 

Pour ma part, j’ai fêté sagement le cap de l’an. Depuis lors, je vis ma vie comme un film à l’envers. Je pense à mes débuts de travesti en juin, à mes entretiens  avec le psy. Je vois des amis et ne veux plus perdre mon temps avec certains hommes. Je ne suis pas morose mais, depuis deux jours, je ressens monter encore en moi une poussée de féminité très troublante…J’ai la fièvre au corps, l’esprit en ébullition, j’ai comme l’impression de n’en avoir pas tout à fait fini avec le trouble de ces derniers mois…

16:48 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : homme, bonheur, trouble, travesti, 2007 |  Facebook |

27/11/2006

LA FORCE DE L'ESPOIR

 

Vendredi, je suis allé rendre visite à deux amis bruxellois. La journée s’écoula paisiblement. Le lendemain, j’avais décidé de passer le week-end chez maman à Mons. J’y retourne au moins une fois par mois. Après deux jours, je ressens l’impérieux besoin de retrouver mon chez moi. C’est plus fort que moi.

 

Dans le train qui me ramenait à Liège ce matin, j’ai eu des larmes dans les yeux. Je les laissais s’écouler comme autant d’espoirs à nourrir. Plus forte que jamais, cette envie d’être une femme me taraude l’esprit et fait bouillir mon cœur. Je dois me résoudre à attendre que ces spécialistes décident de mon propre sort. S’ils décèlent en moi cette femme que j’espère tant devenir, ils me diront oui. Si pas, ils tenteront de me faire comprendre le pourquoi du non et tenteront d’apporter des solutions à ce problème existentiel…

 

Je ne veux pas entendre ce non. C’est impossible. J’ai envie de crier fort que je veux être Franny envers et contre tout. Laissez-moi devenir celle qui vit en moi depuis des années, laissez-moi fleurir intensément pour connaître l’essence même de mon bonheur…

18:17 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : espoir, bonheur, femme, larme, coeur |  Facebook |