25/05/2006

DES COUPS DE COEUR

 

Hier, j’ai eu la visite de mon ex ami Jean Luc. Il m’a avoué qu’il m’avait follement aimé il y a 15 ans et qu’il avait tant espéré me reconquérir après notre rupture. Je n’en ai pas douté un seul instant, il a été pour moi un compagnon magnifique. Il a refait sa vie aujourd’hui et nos retrouvailles nous ont permis de faire le point sur notre amitié. Après un trop long silence, j'avais renoué le contact avec lui à Bruxelles en 2004. Depuis, nous tentons de consolider ce beau lien amical avec beaucoup de bonheur. Lui et moi sommes restés des êtres sensibles. C’est notre faiblesse mais aussi notre force.

Il y a quelque temps, après plusieurs échanges sur le net, j’ai enfin rencontré Eric. Nous nous sommes vite rapprochés. Nos bouches et nos corps avaient soif de tendresse. Il n’est pas libre, je le sais trop bien mais le plaisir d’être ensemble est fort.

Fin avril, Renzo est venu à ma rencontre un soir. Nous avons longuement parlé et convenu que nous pouvions nous voir pour assouvir certains penchants. Voilà déjà deux fois qu’il vient me réchauffer le soir très tard de sa présence enivrante.

Et puis, mardi soir, Chris s’est manifesté sous la forme d’un sms. Bonsoir, suis intéressé par toi, 28 ans, 180m, 80 kgs, brun aux yeux bleus. Suis de Liège, si ça te dit, laisse-moi un message. Ma réponse fut directe : viens, je suis dispo ! Ce qu’il fit avec enthousiasme vingt minutes plus tard. Là, dans le divan, j’ai découvert un musicien charmant et un peu intimidé qui attisait ma curiosité. Son sourire généreux me séduisait, je voulais le découvrir sans trop tarder.

Nous nous sommes vite retrouvés allongés en train de nous embrasser voluptueusement. Des caresses et des regards donnaient une tournure affective intense à notre relation. J’étais emballé d’autant plus qu’il n’était pas avare de baisers…Avec les années, j’ai compris que certaines choses ne sortent pas de l’âme tant qu’un baiser ne les appelle…Après les épanchements de nos corps, chargés d’une fièvre toute sensuelle, nous sommes restés un moment grisés par le silence. Je me sentais si bien à ses côtés.

Chris n’a pas traîné. Il est reparti comme il est venu. J’ose espérer le revoir au cours des beaux jours à venir.

13:01 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Coucou Toujours aussi content de prendre de tes nouvelles.

Écrit par : Ludo | 25/05/2006

la magie des mots en plus de la magie des émotions, voilà un talent qui mérite reconnaissance.

Écrit par : luc | 25/05/2006

très bien ta vie est émaillée de rencontres très agréables, je vois...tu te souviens de moi?...

Écrit par : enzo b. | 25/05/2006

Bravo! On m'en avait dit du bien, et je constate que c'est plus que bien ton blog. Encore bravo!!!

Écrit par : steve | 25/05/2006

c'est bien écrit et ça fait rêver

Écrit par : jean-marie | 25/05/2006

... Toujours autant de plaisir à te lire! :o)

Écrit par : Oli | 26/05/2006

Au cas où on aurait droit à une autre chance, une deuxième vie par exemple, je voudrais bien être un homme. Et tant quà faire, dans cette autre vie, si j'étais un homme et si en plus je pouvais être gay, je crois bien que ça me déplairait pas.

Écrit par : Le P'tit Caillou | 26/05/2006

salut l'amour l'amour que c beau

Écrit par : gulugulu-ou moimoi | 26/05/2006

QUOI???? Je t'aurais enlevé de mes coups de coeur?? C'est mal me connaître mon Franco.... Quand j'aime c'est pas que pour 15 jours..... Tu cliques sur "Les plus beaux yeux de monde" et tu verras que c'est là que je t'ai caché!
Bises!

Écrit par : Le P'tit Caillou | 26/05/2006

mon vote salut je passe chez toi car tu es arriver dans ma boite mail par la news lettre, si tu veux qu'on fasse l'échange point moi c'est d'accord, mais sérieux, il y a un emplacement pour laissez ton adresse complète blogtrafic, une semaine sans vote j'enlève le lien

mon vote +10

@ + Le Renard

http://volpone.blogtrafic.com
http://lephoenix10.blogtrafic.com
http://volpone.en 2006.com
http://lespectre01.en2006.com
http://lephoenix10.en2006.com

Écrit par : volpon - le renard | 27/05/2006

Les commentaires sont fermés.