02/04/2006

LE GRAND DEPART

 

Il est des situations sensibles qui ont quelque chose d’inévitable dans la vie. Depuis des semaines, j’ai été en proie au doute. J’ai commencé à développer comme un sentiment d’antipathie à son égard. Plus les jours passaient, plus j’étais déçu…J’ai fini par donner mon chat.

J’ai voulu lui trouver un nouveau maître responsable et aimant. Je ne pouvais pas l’abandonner, je me devais de lui trouver un foyer heureux où il pourrait enfin grandir. Ca n’a vraiment pas été évident, je me révélais terriblement exigeant. Je posais des questions, je décourageais les amateurs potentiels.

Je me souviens avoir dit non à une femme charmante à l’autre bout du pays. Il n’y avait aucune raison au fond. J’étais encore à une époque où je ne pouvais pas imaginer son départ chez un autre.

Bounty est arrivé trois jours après la mort de Aruba en octobre dernier. A peine dans ma vie, je commençais une nouvelle formation. J’étais peu souvent là. Lorsque je rentrais, il me menait la vie dure… Il n’en faisait qu’à sa tête, il me réveillait à des heures impossibles. Il me désespérait. Son arrivée coïncidait avec une période tumultueuse de ma vie. J’avais de nouvelles priorités, j’avais des obstacles à affronter, et le comportement de Bounty n’arrangeait rien.

Après Aruba, je voulais rester seul quelques mois, prendre le temps d’avoir envie d’adopter un chat. Je réalise maintenant que je me suis senti acculé à l’idée de recueillir un chaton à la chatte de mon frère il y a 8 mois…Je n’ai pas pu faire mon deuil. Je vais le faire aujourd’hui.

Ces derniers jours, je me suis senti pris entre mon sentiment de responsabilité et de culpabilité. Je ne voulais pas lui faire de mal, je tenais à lui assurer un avenir meilleur chez un maître irréprochable.

Aujourd’hui, je ne cherche pas les reproches. Bounty a débarqué dans ma vie au mauvais moment. Et c’est tellement difficile de réaliser cela quand on n’est pas dans le cas. J’adore les chats, et je n’ai pas pour habitude de prendre leur cas à la légère.

Mercredi soir, après son départ, j’ai éclaté en sanglots au téléphone…

12:00 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Ta sensibilité Tu es un homme au grand coeur, voilà pourquoi tu vis aussi les choses de la vie avec tant de force et d'émotion.

Écrit par : john | 02/04/2006

j'ai rien de plus à dire!!.. ..que John! je voulais exprimer la même chose.. Il a trouvé les mots justes.. J'ai eu, comme toi, des larmes!

Écrit par : jacques | 03/04/2006

un chat... Moi aussi j'ai vécu cette terrible douleur lorsque j'ai été obligé de donner mon chat...
J'ai pleuré presque autant de larmes que quand j'ai abandonné mon ami sur le bord d'une route en pleine campagne...
Lui aussi me menait la vie dure...
Je regrette mon chat...

lolo

Écrit par : laurent | 03/04/2006

Cher Franck Je m'émerveille de voir à quel point ta sensibilité te rend HUMAIN. C'est grandiose.

Écrit par : nadège | 03/04/2006

Pas d'accord!!! Qui parle de sensibilité??? Quels que soient les commentaires, les circonstances, un abandon reste un abandon; après viennent les larmes??? D'où sortent-elles celles là??? Il y a des crocodiles en Belgique??? Je suis déçu, tout ici dénotte une énorme touche d'instabilité.

Écrit par : Patrick | 04/04/2006

AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH Déçue ...
Quand on prend un animal, celà doit être murement réfléchi. On ne doit pas l'envoyer ailleurs, même si on choisit des maîtres merveilleux ! C'est cruel.
Ceci dit, c'est ton choix, donc je le respecte même si je ne suis pas d'accord.
:((

Écrit par : Soaz | 20/04/2006

CHER FRANCK Bonjour, je viens de tomber sur ton blog, tu as l'air d'etre un homme semsible, et intelligent. Ton blog est trés beau je viens de le lire, et il es plein de sincérité. Bravo à toi, je te met 10, tu le vaut bien !!! http://melina3108.blogtrafic.com

Écrit par : Mélina | 28/04/2006

Je lis ton blog par plaisir ^^ J'adore les chats aussi. Une douceur, une sensualité, un mystère, une sournoiserie.. Un gay tout craché quoi LOL c'est pour ça que nous aimons les chats, ils nous ressemblent

Écrit par : noki | 28/04/2006

Les commentaires sont fermés.