05/03/2006

MON GRAND FRERE

 

Il s’appelle Elio, il fête ses 47 ans ce dimanche. C’est mon frère aîné, celui que mes parents couvèrent jusqu’à ma naissance 8 ans plus tard. Elio fut un adolescent quelque peu tourmenté qui défia à maintes reprises l’autorité parentale.

Il n’aimait pas beaucoup les études mais avait paradoxalement une grande aisance dans le maniement de la langue française. C’est lui qui me faisait répéter mes leçons de lecture après l’école. J’adorais apprendre, et je dévorais des ribambelles de mots et de phrases en sa compagnie. Il fut employé de bureau après ses secondaires. Il  renonça à ce job après son service militaire. A l’heure actuelle, il travaille chez Duferco à Tubize.

Nos rapports fraternels ne furent pas houleux. Il était admiratif de mon parcours et je le respectais beaucoup. Nous ne partagions pas les mêmes centres d’intérêt, mais je fis vite la connaissance de ses meilleurs amis.

Beau brun aux yeux très vert, il faisait tourner la tête des filles. Lorsqu’il rencontra ses premières copines, il se montrait tout particulièrement aimant et dévoué. C’est ainsi qu’il nous présenta sa future femme en 1986.  Ils se marièrent au printemps 1987 et eurent bientôt leur première fille en 1989. Plus tard, quelques mois après le décès de papa, ma filleule vint au monde.

Je vois Elio à raison de deux jours par mois lorsque je rends visite à maman à Mons. Il est resté ce jeune homme séduisant  sur qui les années ont peu de prise. Nous ne parlons pas de ma vie. A mon avis, il n’ose pas bien qu’il sache qui je suis.

Je trouve peu commode ce lien tacite qui fait qu’une partie de moi reste dans le brouillard bien souvent quand nous discutons tous les deux. Mais je sens qu’il y a quelque chose d’inexplicable qui donne à notre relation fraternelle une force inébranlable.

Il m’a dit récemment encore que je restais son frère et que ma différence n’y changerait rien.

Nous sommes devenus un peu plus complices ces dernières semaines lorsqu’il a connu quelques remous dans son couple.

J’ai une pensée toute spéciale pour lui en ce jour d’anniversaire. Je t’aime, mon frère.

14:07 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Des émotions C'est fou ce que tu écris bien ta vie. Je serais fier d'être ton frère.Vraiment.

Écrit par : john | 05/03/2006

un petit arrêt chez toi et un grand bonjour, tout simplement

Écrit par : Gibritte | 05/03/2006

quel hommage vraiment touchée par tant d'émotions.

Écrit par : annie | 05/03/2006

Tu as la mémoire du coeur Et c'est quelque chose qui est très important dans la vie. Félicitations.

Écrit par : benoit b | 06/03/2006

Franco Tu es magnifique, continue, ton talent me donne le vertige!

Écrit par : aline | 06/03/2006

Tu te souviens? Je t'ai rencontré il y a 2 ans à Bruxelles, je suis lecteur de divers blogs et je découvre le tien. Je t'ai bien reconnu. Tu mérites des éloges. Non seulement tu es un petit homme extra quand on te connait mais tu ne perds rien de ta fougue par le biais de l'écriture. Au plaisir de te revoir, j'ai gardé ton numéro...

Écrit par : robert | 06/03/2006

Bonjour Frank Salut Frank,bonne semaine et amitiés.

Écrit par : DUKE | 06/03/2006

salut bonjour a toi et si ton frère a toujours des probemes courage a lui
a bientôt

Écrit par : gulugulu-ou moimoi | 07/03/2006

simplement beau Tu fais passer une telle charge émotive dans un texte comme celui-ci. Quel don, Franco, je ne peux que t'encourager à continuer de plus belle.

Écrit par : toni | 08/03/2006

bel hommage... à ce frère qui doit être fier du sien!

Écrit par : eric | 15/03/2006

Les commentaires sont fermés.