11/02/2006

LA RECONCILIATION

 

Les choses semblent s’être calmées. J’ai téléphoné à cet ami ce matin. Il avait répondu à ma lettre virulente par la publication d’un droit de réponse sur son blog…. Après lecture, j’ai saisi mon téléphone et j’ai tenté d’aplanir les choses.

Il s’est montré ouvert. Nous avons pu avoir un vrai dialogue sur ces choses qui nous ont séparées ces derniers temps. Je ne m’étendrai pas sur les points de discorde ici, ce n’est pas l’endroit pour. Nous avons pu sauver une belle amitié de trois ans, c’est le plus important.

Ma collaboration au magazine ne se fera pas. Je préfère garder une relation amicale saine et ne pas froisser celle-ci dans un projet professionnel en commun.

Tout est dit. Je me sens plus léger. Je déteste faire du mal aux autres tout comme je ne souhaite pas qu’on m’en fasse. Les conflits sans issue gangrènent mes esprits, et je n’ai de cesse de croire que le dialogue reste l’arme la plus efficace pour rétablir une communication riche et saine.

A partir du moment où tout est clair dans ma tête, je me sens rasséréné et je peux à nouveau embarquer mon cœur sur les autoroutes d’un espoir heureux…

15:10 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

quel beau message cela donnera de l'espoir à un tas de personnes malheureuses du fait de leurs relations gâchées...

Écrit par : alain | 11/02/2006

Enfin un gay avec un cerveau Bravo! Toi au moins tu règles les situations, et tu ne jettes pas les gens comme des malpropres! Ce n'est PAS courant. Chapeau.

Écrit par : christophe | 11/02/2006

Franck Tu es un homme charmant, je découvre ton blog et je deviens une fidèle. Bonne continuation.

Écrit par : lydia b. | 11/02/2006

et ben dis donc... c'est du solide tout ça! J'aime beaucoup...au fait, un garçon comme toi est souvent dispo?

Écrit par : eric | 11/02/2006

que mes ailes te caressent l'âme que tu as si douce. Davina

Écrit par : la fée du net | 11/02/2006

Bonjour Frank Un bonjour amical.
Bonne semaine Franck

Écrit par : DUKE | 12/02/2006

Les commentaires sont fermés.