01/12/2005

CE MAL QUI TUE

 

J’aimerais avoir en ce premier jour de décembre une pensée noble et généreuse pour tous ceux atteints par cette saloperie qu’on appelle sida. Même la façon de définir la maladie n’est pas joli, S.I.D.A, ça n’est rien d’autre que le syndrôme d’immuno déficience acquise. On ne répétera jamais assez combien il est important de se protéger, d’être donc un adepte du sexe sans risque, safe sex…

Je ne voudrais pas m’étendre ici sur les avancées scientifiques en la matière, ni me poser en juge moralisateur. Je tiens juste à rappeler que les séropositifs, autrement dit porteurs du virus mais pas malades du sida, sont comme vous et moi. Ils ont eu un grave accident de parcours dans leur vie sexuelle qui a fait que… Cela doit nous inciter à être prudents. C’est trop triste de voir tous ses rêves brisés à cause d’un oubli, d’une négligence…

Depuis quelques mois, on parle peu de la maladie et de ses malades, on dirait que ça gêne. Les années passées, nous étions submergés par les campagnes de prévention et les séances d’information à pareille époque. Aujourd’hui, on lit un article, on voit un petit reportage et basta. Aurions-nous honte ? Aurions-nous oublié ? La maladie progresse dans l’ombre, soyons vigilants mais ne voyons pas du noir partout non plus.

On parle de plus en plus de tous ces barebackers qui font du sexe sans protection aucune. A mon sens, c’est plus qu’une prise de risque, c’est une véritable agression. Pourquoi en être arrivés à être aussi irrespectueux envers soi et les autres ?

Je connais peu de séropositifs, mais ceux et celles que je fréquente donnent un sens nouveau à leur vie. En parlant avec eux, j’ai senti un tel amour dans leur propos même si ce n’est pas facile tous les jours. Ce malaise qui s’installe, cette discrimination qui sévit. Cette profonde humanité me touche, elle me fait davantage prendre conscience de cette vie, si fragile et violente à la fois.

Je passe des tests aussi, et lorsqu’il s’agit d’aller chercher les résultats, je stresse un peu, je me dis oui mais bon, et puis la vie continue. C’est fou comme je l’aime et elle me porte en avant. J’aimerais tant qu’elle donne du baume au cœur de tous ceux dont la vie a basculé.

 

 

18:45 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

salut. Un p'tit bonjour en passant.

Écrit par : rhadamanthe | 01/12/2005

très bel article c'est bien de ne pas oublier....

Écrit par : marc | 01/12/2005

Très bien dit ... et puis personne n'est à l'abri (même si certains ont tendance à l'oublier).

Écrit par : Kathelyne | 01/12/2005

OUF! Ca c'est du texte!

Écrit par : Zoé | 05/12/2005

Les commentaires sont fermés.