20/11/2005

UN ETE RENVERSANT

 

Le 31 juillet 2004, je revenais vivre à Liège. Quel bonheur de retrouver ma ville chérie, celle que j'avais délaissée quelques mois plus tôt sans imaginer un seul instant qu'elle allait me manquer autant. J'avais déniché un petit studio au cinquième étage d'un chouette immeuble à deux pas de la place saint lambert. Une fois le déménagement fini, je retrouvai mes amis et profitai avec bonheur de l'été très généreux en soleil.

Et un soir d'août, je fis la connaissance de Xavier, 23 ans, tendre et sur la réserve. Il avait une carrure imposante malgré ses quelques kilos en trop, il était blond avec de beaux grands yeux verts. Il avait une bonne bouille et n'était pas déplaisant. On se quitta tard, il m'envoya un sms pour me dire qu'il m'avait trouvé sympa et mignon...Il me demanda de revenir ce soir là, je ne préférai pas car j'étais très fatigué et je ne pensais plus qu'à une chose: dormir.

Je lui proposai de venir me retrouver le lendemain. On parla quelque peu puis on sentit monter la fièvre du désir naissant. Dans la chaleur du studio, nos corps moites s'échangèrent leurs premières caresses fougueuses. J'adorais la douceur de ses baisers...

Il vint me revoir pratiquement tous les jours. Il s'attachait à moi, je me montrais prudent. Certes, nous n'étions plus indifférents l'un à l'autre, mais j'étais sur la réserve. Xavier avait 13 ans de moins que moi, et je ne concevais pas faire ma vie avec un homme plus jeune. J'en gardais un souvenir très mitigé à cause d'expériences passées peu réjouissantes.

Xavier se montra déterminé, il s'attacha à moi et tenta de me faire changer d'avis en quelques jours. Il me téléphonait, m'envoyait des messages, me faisait livrer des fleurs, m'invita à dîner, me présenta à sa mère, sa soeur.... Il souhaitait ardemment que j'entre dans sa vie. Je lui avais simplement dit qu'il me fallait un peu de temps car j'ignorais quelle tournure donner à cette relation naissante.

Xavier disait me comprendre, vouloir m'attendre s'il le fallait. Je voulais me montrer fort et honnête dans ma démarche. Comme je ne joue pas avec les sentiments, je préfèrais donc laisser aller les choses et voir quelle allait être ma décision finale.

Autour de moi, mes amis me disaient de foncer si tel était mon désir. Nous pouvions nous apporter autant l'un à l'autre malgré cette différence d'âge. Et c'est bien cela qui me faisait peur...

19:04 Écrit par franck | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

... voilà une histoire que j'ai l'impression de connaitre, d'avoir suivi de près :-)) Je crains la suite...

Bonne soirée, bises

Écrit par : Fred | 20/11/2005

J'aurais... bien voulu me trouver à la place de Xavier, on peut remonter le temps?

Écrit par : marc | 20/11/2005

que de souvenirs L'histoire n'a pas bien fait les choses, je n'aime pas relire ces moments forts de ta vie, que j'ai partagés indirectement.

Je ne veux pas conter la suite. Trop de larmes ont coulées pour que je m'en souvienne parfaitement. Tu es le seul à ressasser les nombreuses lignes de ton livre de coeur.

Alors je te souhaite de trouver, si ce n'est déjà fait, l'homme qui te rendra heureux.

Écrit par : l'Inconnu | 21/11/2005

Les commentaires sont fermés.