31/05/2007

UN TOURNANT DANS MA VIE

 

Il est venu le temps le temps de tirer ma révérence. Je n’ai pas décidé de tourner la page définitivement mais je n’éprouve plus le besoin d’écrire sur mon blog depuis plusieurs semaines.

 

Ma vie sexuelle, affective et cérébrale trouve toute sa raison d’être quand je deviens Franny, cette femme qui a mis Franck au placard depuis un an et qui bouillonne de plus en plus en moi.

 

Aux dernières nouvelles, je fêterai mes 40 ans le 6 juin prochain, je cherche activement un appart à Bruxelles pour le mois d’août, et je suis toujours aussi fiévreux lorsque je sens le regard d'un homme se poser sur moi.

 

Si vous l’ignorez encore, j’ai mis en chantier un autre blog où je raconte ma nouvelle vie depuis juin 2006. Je reste vrai et me mets à nu avec audace et sensibilité. Ce blog est le reflet de mon histoire quotidienne que je livre sans détour. Je n’en dirai pas plus, je vous invite plutôt à aller le découvrir :

 

http://travesti-pour-toi.skynetblogs.be

 

Donnez-moi de vos nouvelles, ça me fera très plaisir. J’attends vos mails dans ma petite boîte. Je vous remercie de me lire et de continuer à le faire avec le même enthousiasme ;-)

 

12:33 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : travesti, vie, quarante, juin, blog |  Facebook |

25/04/2007

UN SOUFFLE NOUVEAU

 

Le temps court, les événements se bousculent, et ce n’est pas pour me déplaire.

 

J’ai contacté ma proprio à l’occasion de mon départ, j’ai commencé à parcourir les petites annonces immobilières, et une grosse boîte a ravivé mes espoirs d’un tout nouveau job. J’ai le cœur qui bat fort.

 

Franny n’avait pas quitté mes tiroirs pendant ma grippe, elle revit aujourd’hui et prend ses aises sans mot dire. Comme elle a envie de s’envoler…

 

J’ai hâte de voir de nouvelles têtes, de serrer contre moi ceux que j’aime et de donner un bel élan à cette vie que j’aime de plus en plus.

 

Je verse quelques larmes, excusez-moi.

17:40 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : vie, nouveau, depart, coeur, elan |  Facebook |

20/04/2007

LE CALME PLAT

 

Ouf ! Je n’en peux plus. Je sors d’une grippe affreuse qui m’a cloué au lit pendant deux semaines. Je ne vous dis pas les nuits agitées et cette fièvre qui m’a découragé de quitter la position horizontale.

 

Ne me demandez pas comment va ma vie, c’est le calme plat. Ca fait du bien car ça me permet de prendre le large par rapport à une vie menée à 200 à l’heure depuis plusieurs mois.

 

Dans les jours qui viennent, je vais songer sérieusement à mon départ vers la capitale. Il est venu le temps de penser à mon nouveau chez moi…

19:12 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mois, jour, depart, capitale, vie |  Facebook |

10/04/2007

UN RETOUR TIMIDE

 

Je sais, je me fais de plus en plus rare ici. Ma ligne de conduite est la suivante : je n’écris pas lorsque je n’en éprouve pas le besoin, je ne suis pas un scribe qui doit remplir son papier tous les jours. Ma vie de gay est si pauvre ces derniers mois que je la considère comme presque inexistante…

 

Afin d' en avoir le coeur net, je me suis fait un petit profil sur un site célèbre, histoire de voir comment j’allais réagir face à mes semblables… J’ai ainsi eu près de 20 contacts msn en 15 jours, j’ai discuté avec certains,  arrangé des rendez-vous avec d’autres… Tout cela pour voir où j’en étais par rapport à cette homosexualité que je ne vis quasi plus depuis 10 mois. Comprenez que je n’ai plus couché en tant que mec avec un autre mec depuis le printemps dernier…

 

Comme par hasard, les trois rencontres prévues n’ont pas eu lieu. Je vous passe les détails parfois aberrants, la mauvaise foi de quelques uns et le manque de sérieux de la plupart. A croire que l’on vit seulement au travers d’une photo ou d’une cam. Passons…

 

J’ai perdu patience, j’ai poussé la conversation plus loin avec deux mais je me demande où ça va me mener… Pour pas mal de gay, un homme est une queue, et plus elle est grosse, plus ça fait du bien. Voilà ce que j’en ai déduit. C’est lamentable, et j’ai donc effacé mon profil avec un sourire satisfait.

 

Pour ma part, j’ai toujours considéré qu’un homme est un tout. J’adore discuter avec lui, sentir son cœur battre et ses mains me parcourir… Et si tu  souhaites seulement faire la connaissance de mon cul, dis-le moi, nous aviserons… Plus la démarche est claire, plus le but a des chances d’être atteint.

 

Ma vie de Franny depuis juin dernier a bien changé la donne. Elle me comble, elle me plait,  elle me donne des ailes, elle me fait virevolter, je ne peux plus la concevoir autrement…

21:25 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rencontre, homosexuel, coeur, vie, homme |  Facebook |

07/03/2007

LA CONQUETE

 

Franny prend de plus en plus de place dans ma vie d’homme, elle se veut téméraire et séductrice, elle talonne même Franck sur la ligne d’arrivée. Elle est là qui se révèle de jour en jour, elle est conquérante et Franck ne lui oppose quasi aucune résistance.

 

Il faut du courage pour vivre ces bouleversements intérieurs, mais quel bonheur de laisser son cœur s’épancher librement. J’ai l’impression de braver tous les interdits, d’avancer sur un terrain mouvant mais je me donne du temps pour sortir fébrilement au grand jour.

 

Jusqu’à présent, Franny a surtout vécu au travers de ma plume et entre mes quatre murs, il est impératif aujourd’hui de laisser le doux vent du printemps lui caresser le visage. Elle a besoin de s’apprêter pour évoluer dans le monde extérieur, le plus stressant  mais le plus réel. Il ne s’agit plus ici de passer du salon à la chambre, il faut montrer qu’on peut vivre comme tout un chacun.

 

Franck libère Franny de sa prison, il lui donne le feu vert pour s’exprimer plus encore. Il s’efface devant celle qui parle presque pour lui. Jusqu’où ira-t-il ? Jusqu’où osera-t-elle aller ? Il est encore tôt pour le savoir mais chaque jour qui passe est un pas vers mon propre bonheur.

22:50 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : conquete, vie, bonheur, courage, prison |  Facebook |

18/02/2007

CONSOLER MON MEILLEUR AMI

 

Comme je suis en colère… Mon meilleur ami vient de recevoir une fameuse gifle de la part d’un gars à la recherche d’une relation sérieuse comme lui. Ils se sont connus sur un site célèbre, ils se sont rencontrés chez lui à Namur, et tout allait pour le mieux… De retour à Liège, en communiquant avec lui sur le net, mon ami Dominique dut subir toutes les interrogations malheureuses et les craintes démesurées de cet homme cherchant la stabilité… Tout cela au point de ne mettre que les inconvénients en avant et de se terrer ainsi dans une solitude qu’il recherche inconsciemment… Leur relation est déjà de l’histoire ancienne.

 

Je déteste quand mes amis ont mal, et je ne supporte pas quand un garçon aussi sympathique que Domi soit la proie d’un inconscient qui veut l’amour à tout prix mais le fuit en cassant tout. Dominique est un ami qu’il me reste, c’est donc un ami vrai. Nous nous vouons un grand respect et nous éprouvons le besoin de nous voir ou discuter souvent. Après une relation de 9 ans avec son compagnon précédent, il se retrouve aujourd’hui à chercher un homme pour refaire sa vie. Il m’en a raconté des histoires en l’espace d’un an depuis sa rupture. Je lui avais dit que les choses ne seraient pas aisées, il s’en rend bien compte à l’heure actuelle. Mais comme je me veux positif, je sais qu’il trouvera un compagnon suffisamment intelligent pour découvrir l’homme exceptionnel qu’il est.

 

Dominique est un petit bout d’homme qui n’a pas eu une enfance très heureuse et qui n’a jamais baissé les bras pour avancer. Il est instituteur, il est brillant, plein d’idées et j’admire l’amour qu’il a pour son métier et son désir de faire de chacun de ses élèves un enfant unique. Nos retrouvailles sont pleines de rire, d’échanges et de vérités. Que je sois Franny ou Franck, son attitude reste conviviale, spontanée et intacte. Je t’aime beaucoup, mon ami. Vivement te serrer fort dans mes bras.

 

J’ai pensé récemment à un dîner en plein air que je rêverais d’organiser à l’arrivée du printemps. Tous les convives seraient des hommes que j’ai connus. Nous serions tous en chemise blanche, tous souriants de nous retrouver pour une bonne bouffe. A un moment donné, je lèverais mon verre à tous les faux culs réunis autour de moi, à leur indécision chronique, à leur infidélité notoire ou savamment cachée. Et à celui qui me lancerait un regard agressif, je lui jetterais mon verre au visage. Le vin coulerait de partout et une lutte sanglante s’ensuivrait. Je suis homosexuel mais je déteste tous ces hommes qui, par leur suffisance, leur intransigeance, leur hypocrisie me font parfois me sentir honteux d’en être. Toutefois, je persiste à croire qu’il existe des hommes bien, voilà pourquoi il y a toutes les raisons d’espérer…

16:35 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ami, homosexuel, relation, compagnon, stabilite |  Facebook |

14/02/2007

SOUVENIR DE SAINT VALENTIN

 

Ca y est, le jour de tous les amoureux est arrivé. Que de déclarations incendiaires, de baisers passionnés, de caresses langoureuses, rien qu’à y penser, j’en frissonne tout entier. Pour ma part, je n’ai pas d’amoureux dans ma vie mais je ne vais pas pleurer tout seul sur mon lit ce soir.

 

Le destin peut m’apporter une belle rencontre avec un homme charmant, qui sait ? Dans le cas contraire, je trouverai toujours un moyen de m’occuper. L’amour ne se consacre pas un jour pour moi mais tous les jours.

 

Je me souviens d’un gars que j’avais rencontré à Bruxelles il y a trois ans jour pour jour. Nous avions rendez-vous le soir de la saint valentin dans une taverne près de la Bourse. Ca tombait bien, nous étions seuls dans la vie, nous n’avions rien de prévu à cette occasion. Il m’attendait à une petite table près de la fenêtre, il me fit un grand sourire à mon arrivée. J’avais envie de vin, lui aussi. Notre conversation fut très nourrie et le vin blanc commençait à tourner les têtes.

 

Il se faisait tard, il me proposa de le suivre chez lui afin de terminer la soirée. Il habitait le centre, il ne fallut donc pas marcher longtemps. Une fois chez lui, il prit place sans tarder à mes côtés. Je le trouvais séduisant avec ses grands yeux verts, sa douceur nonchalante. Il  posa sa main sur la mienne et me dit qu’il me trouvait mignon. J’eus à peine le temps de le remercier que ses lèvres se collèrent aux miennes tout naturellement. Après quelques longues minutes de silence, une clef tourna dans la porte.

 

Il se ressaisit tandis que je sursautai. Un homme entra dans le salon et regarda mon compagnon de soirée avec stupéfaction. Je compris très vite, je me levai, m’excusai. L’homme debout me dit que je n’y étais probablement pour rien et que son compagnon n’en était pas à son premier coup d’essai.

 

Je ne me retournai pas, murmurai un bonsoir et rentrai chez moi dans la nuit noire de saint valentin. Encore un homme décevant, encore un menteur, encore un amoureux infidèle. Ma vie de gay n’a pas souvent été heureuse dans mes rencontres ces quatre dernières années…

11:19 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : saint valentin, homme, amoureux, gay, rencontre |  Facebook |

12/02/2007

LE BESOIN D'ETRE HEUREUX

 

Je marche, je danse, je cours, je vole. Je croque la vie à pleines dents, je savoure tous ces instants trop précieux que le destin m’offre par belles tranches d’un gâteau savoureux. Je me délecte de fraises, de crème fraîche, je n’arrête plus d’être ce petit gourmand qui en veut encore et encore.

 

Je ne conçois pas la vie sans personnes à voir et choses à dire. Je m’entoure de nouveaux copains qui deviendront peut être des amis. Je dévore des bouquins de toutes sortes, je suis excité à l’idée de franchir un nouveau cap dans ma vie professionnelle, et je me dis que l’avenir est résolument positif…

 

Je suis Franck le matin, je deviens Franny l’après-midi. Cette femme en moi m’épanouit plus, elle me permet de me sentir vraiment bien, elle me donne des ailes multicolores qui battent délicatement au vent.

 

Et que serait ma vie sans hommes à connaître, à rencontrer, à séduire ? Dans leur grande diversité, ils suscitent en moi désir, besoin et passion. Je ne peux pas m’en passer, ils sont indispensables à mon bien être…

15:06 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : heureux, homme, franny, destin, vie |  Facebook |

03/02/2007

UNE VIE TREPIDANTE

 

Je n’ai pas perdu la tête, tout va très bien dans le meilleur des mondes, merci. J’ai viré mon psy car il m’ennuie et ne m’est d’aucun secours, je préfère laisser passer un peu de temps et aller consulter si le besoin s’en fait sentir. D’ailleurs, il m’avait prévenu, je n’ai pas besoin d’une psychothérapie, je vais bien… Ce qui me titille à ce jour, c’est mon désir d’avoir des seins, j’aimerais évoquer cette envie lancinante de féminité avec un spécialiste prochainement lorsque j’aurai déménagé.

 

Parlons-en de mon départ, il se situerait aux alentours du premier août. Bruxelles est donc ma destination future, cette ville m’excite et m’attire, je ne peux plus résister. A part toute une série de points que je n’évoquerai pas pour le moment, il faut savoir que Bruxelles m’attire aussi car il y est plus évident de vivre une double vie comme la mienne. Liège reste malgré tout une ville village et cela ne me suffit plus. Je vivrai mon départ comme un choc intérieur car je suis sensible aux choses et aux gens, mais je me dis que mon avenir est ailleurs…

 

En ce qui concerne ma vie privée, j’avoue qu’elle est loin d’être ennuyeuse. J’ai de nouveaux prétendants, je me laisse désirer très fort et je suis loin d’être dupe. J’aime les hommes motivés, pas les baratineurs briseurs d’espoir. Je peux m’investir beaucoup et sans détour dans une relation communément choisie, mais je reste de marbre et peu enclin aux compromis avec un homme qui se joue de moi.

 

J’ai le sourire aux lèvres, j’ai pris les décisions qui s’imposent, je me sens pousser des ailes pour voler jusqu’à ce bonheur dont je sens les premiers effets…

14:31 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bruxelles, vie, homme, bonheur, desir |  Facebook |

21/01/2007

LIFE IS WHAT YOU MAKE IT

 

Je ne sais plus trop où j’en suis… Mon psy a parfois l’art de me taper sur le système, c’est comme s’il voulait tout décrypter de moi derrière le Franck bien connu de tous. J’ai l’impression d’être un suspect qu’on a besoin d’entendre afin de voir si la direction qu’il compte prendre est la bonne. Et voilà qu’on gratte, qu’on essaie de savoir quel homme je suis…

 

Qui suis-je en fait ? Un homme qui aime prendre soin de lui mais qui ne néglige pas les autres. Epicurien dans l’âme et très sensible au cœur, je profite des moments agréables de ma vie et vibre sous le poids de mes émotions. D’après mon psy, je suis une maman pour moi. Heureux de l’apprendre…

 

Evidemment, le but consiste à savoir pourquoi cet homme « bien sous tous rapports » a décidé un jour d’être un autre. C’est déstabilisant  pour certains mais pas trop pour moi. J’ai fait les frais de deux amitiés en quelques semaines, je me dis que cet homme et cette femme n’étaient pas des amis tout compte fait. Et mon psy de me dire que je suis en train de changer…Je ne vois pas en quoi changer doit engendrer la rupture avec le passé. Je ne change pas en fait, j’évolue.

 

Il est vrai que j’ai une forte tendance à bannir de mon existence toute personne qui ne me respecte pas ou s’évertue à me casser les pieds. Mon impatience naturelle peut être à l’origine de certains coups d’éclat…

 

Je ne tiens pas en place, je fourmille d’idées et de projets, je continue ma route envers et contre tous. Je vis intensément car c’est la meilleure façon pour moi de me prouver que je peux avancer…

12:34 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vie, homme, psychologue, emotion, ami |  Facebook |

13/01/2007

TROUBLES ET DESIRS

 

Quelle semaine ! Depuis que j’ai appris l’avis du comité, je me pose  des questions par centaines, le trouble en moi ne fait que s’intensifier, j’éprouve de sérieux manques, j’ai le sentiment d’être une femme abandonnée sur le bord d’une route…

 

Il est clair que je ne suis pas un transsexuel, je ne renie pas mon identité masculine pour vouloir la transformer à tout prix. Ma vision de la femme ne se concentre pas sur le bas de la ceinture, elle a des seins, une féminité flagrante et s’assume avec plaisir. Lors de mon dernier entretien avec mon psy, il en résulte que je suis insatisfait, je projette mon avenir en femme depuis des mois déjà et la perspective que je devienne un she male semblerait se dessiner dans ma tête…Quoiqu’en  pensent les spécialistes, je suis le seul décideur… Nous verrons comment tout cela évoluera.

 

Evidemment il y a des interrogations incontournables et auxquelles je ne peux apporter aucune réponse concrète : Pourquoi ? Comment se fait-il ? Je sens cette féminisation en moi et je veux me donner la chance de m’épanouir vraiment. Je n’ai pas d’autre argument de réponse à mettre sur la table pour le moment. Je sais que mon psy va m’aider à creuser au plus profond…

 

Depuis des mois, je ne conçois plus de coucher en tant qu’homme avec un homme. Les propositions n’ont pas manqué ces derniers jours mais non…Je n’en ai pas envie, je ne veux pas…Voilà déjà 8 mois que Franny explose en moi et je ne peux plus imaginer l’avenir autrement…

13:07 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : trouble, desir, femme, homme, she male |  Facebook |

04/01/2007

EN AVANT 2007

 

Les fêtes terminées, la vie reprend son cours. Que c’est beau de voir tous ces gens se souhaiter la bonne année, le pensent-ils vraiment… ? J’ai toujours été sidéré de voir avec quelle effervescence certains vous souhaitent leurs meilleurs vœux alors qu’ils n’en ont strictement rien à faire. Comme ça serait cool de pouvoir leur rétorquer tout sourire : Mais je te souhaite à toi aussi une année où tu puiseras au fond de ton cœur l’essence même du mot vérité ! Oui, je sais, c’est une syntaxe un peu compliquée à dire après quelques verres de champagne…

 

Ces dernières semaines, j’ai aussi appris que, dans bien souvent des cas, on ne peut compter que sur soi. Il faut rassembler ses forces et avancer coûte que coûte. Il faut faire de 2007 et des suivantes des années bonheur absolument. C’est tellement plus sympa.

 

Pour ma part, j’ai fêté sagement le cap de l’an. Depuis lors, je vis ma vie comme un film à l’envers. Je pense à mes débuts de travesti en juin, à mes entretiens  avec le psy. Je vois des amis et ne veux plus perdre mon temps avec certains hommes. Je ne suis pas morose mais, depuis deux jours, je ressens monter encore en moi une poussée de féminité très troublante…J’ai la fièvre au corps, l’esprit en ébullition, j’ai comme l’impression de n’en avoir pas tout à fait fini avec le trouble de ces derniers mois…

16:48 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : homme, bonheur, trouble, travesti, 2007 |  Facebook |

28/12/2006

L'AVIS DU COMITE

 

Hier matin, j’avais rendez-vous chez mon psy afin d’apprendre la décision prise par le comité sur le transsexualisme à mon sujet. Leur avis est négatif, je ne prends pas ça pour un verdict, encore moins pour un échec. Je ne présente aucune caractéristique type du transsexuel, je ne connais pas ce mal être propre à ces hommes en recherche d’identité.

 

Je l’ai écouté parler et je n’ai pas été surpris. Ces dernières semaines, je me suis posé des tas de questions, et j’en arrive aux mêmes conclusions. Je ne me suis pas présenté devant le comité en prétendant vivre mal ma condition d’homme, je n’ai pas manifesté de trouble quel qu’il soit relatif à un sérieux malaise intérieur. Je me sentais femme et je croyais pouvoir en devenir une. Au fil du temps, mon esprit s’est emballé et j’y ai cru avec détermination.

 

Mon psy affirme que je suis un homme plein de ressources. Je fais preuve d’une grande créativité liée à un tempérament très joueur. Ma manière d’exprimer mes ébats reflète ma nature positive et enjouée. Aussi je jouis de la vie, ce qui n’est absolument pas le cas des transsexuels en devenir. Je suis rationnel car je suis à même de comprendre ce qui m’arrive sans faire fi d’un point de vue extérieur. Tout à fait capable de gérer ma vie, mon état ne nécessite pas une transformation. Peut être ai-je cru à tort que le travesti que je suis devait inévitablement me conduire à la métamorphose? Il est clair que Franny me confère un certain pouvoir sur les hommes et que cela augmente ma satisfaction tant personnelle que sexuelle.

 

Au contraire de ceux qui souffrent tous les jours dans l’espoir de devenir des transsexuelles, entendons-nous bien, des hommes allant jusqu’à subir la vaginoplastie, je suis quelqu’un qui ne dénigre pas son corps d’homme mais prend un réel plaisir à devenir une femme quand bon me semble…

 

Au bout du compte, je suis un travesti épanoui, j’ai une vie sexuelle riche dans la mesure où, en tant qu’homme, je peux varier les plaisirs aussi bien en Franck qu’en Franny. Depuis sept mois, j’ai délaissé la vie sexuelle de l’homme au profit de la « femme » qui vibre en moi, et je dois juste me réconcilier avec moi-même pour redonner vie à Franck. Je me sens un peu perdu aujourd’hui…

 

Mon psy ne m’oblige pas à entamer une psychothérapie. Il n’est pas certain que j’en éprouve le besoin car je peux faire la part des choses. Je vais tout de même continuer à le consulter dès janvier. Je veux mettre un peu d’ordre dans ma vie. Je garde le sourire car j’ai la nette impression d’être plus fort aujourd’hui…

18:08 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : transsexuel, vie, travesti, psychologue, franny |  Facebook |

23/12/2006

NOËL ENSEMBLE

 

Je vais rejoindre ma famille pour passer Noël ensemble. C’est une fête qui me bouleverse le cœur. Mes pensées s’envolent vers tous ceux qui me sont chers et dont vous faites maintenant partie. Je vous embrasse tendrement…

01:24 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : noel, ensemble, fete, coeur, famille |  Facebook |

16/12/2006

DES IDEES PLEIN LA TETE

 

J’ai décidé de vous parler en plus de vous écrire des articles. Je vous proposerai désormais des petits clips spontanés qui vous donneront une idée vocale du Franck tout show que je suis. Tout cela me rappelle les années durant lesquelles j’étais animateur radio…

 

Aussi j’ai le projet de mettre un nouveau blog en chantier dès 2007. J’ai des idées précises sur ce que je vais faire. Cela m’excite beaucoup. Je vous tiendrai au courant.

 

A part ça, tout va bien. Aucune nouvelle du psy, les fêtes de fin d’année approchent à grand pas, et je passe mon temps entre Liège, Bruxelles et Mons.

 

Dans ma vie de tous les jours, je prends du recul. Je rencontre des hommes vraiment motivés, et je consacre plus de temps à mes amis. Je reste positif car j’ai foi en l’avenir…

13:19 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : idee, tete, liege, bruxelles, blog |  Facebook |

12/12/2006

BRUXELLES EN 2007

 

Je me fais naturellement à l’idée que je vais partir vivre à Bruxelles dans le courant 2007. Après un séjour de 6 mois à Jette en 2004, j’avais renoncé à la capitale pour retrouver Liège. Tout s’est fait trop vite à l’époque. Je me sens un peu à l’étroit dans la cité ardente maintenant, j’ai envie d’aller voir ailleurs. Je vais y laisser quelques amis et des amours passées. Après réflexion, j’estime que Bruxelles conviendrait mieux pour la vie que je mène aujourd’hui.

 

Mon départ n’a pas pour seule explication tout le bouleversement qui s’opère en moi. Etant originaire de Mons, je pourrai voir ma famille plus d’une fois par mois comme c’est le cas actuellement. Aussi Mobistar me fait les yeux doux pour rejoindre son équipe…A Ixelles, j’ai trois amis sur lesquels je peux compter. Il y a d’abord mon ex  petit ami Jean Luc, mon nouvel ami blogueur Olivier, et l’irrésistible Dimitri rencontré au travers d’une petite annonce…

 

J’ai besoin d’évoluer dans cette capitale européenne qui fut jadis le théâtre de bien des épisodes heureux de ma vie de gay. Bruxelles m’attire depuis toujours. Son côté cosmopolite me convient bien. La perspective d’y dénicher un nouveau chez moi au printemps m’enchante…

22:31 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bruxelles, 2007, gay, ami, liege |  Facebook |

04/12/2006

UN COEUR QUI VIBRE

 

Les jours défilent et je mûris ma décision de partir. Comme je suis de nature sensible, mon cœur a des sursauts dans ma poitrine quand je pense à ces gens que j’aime dans cette belle ville de Liège. Je suis liégeois d’adoption depuis dix ans, j’ai moi aussi été emporté par la chaleur humaine de la cité ardente. Je tourne une page de ma vie, et je souhaite un départ posé.

 

J’attends un coup de fil de mon psy afin d’aller le voir. Bientôt deux semaines depuis mon dernier rendez-vous au sein du comité. Ca me semble long même si je vis ma vie le plus naturellement du monde. J’ai appris à me soucier de moi ces derniers mois malgré mes efforts constants pour être à l’écoute des autres.

 

Le soir, je m’endors souvent seule. Rares sont les hommes vraiment libres et prêts à compter les moutons avec vous jusqu’à ce que le sommeil vous emporte au pays des rêves. J’ai appris aussi cela dans ma vie de célibataire. Je ne vis pas en ermite, j’aime autant la compagnie des autres que mes moments choisis de solitude. J’en ai besoin pour me ressourcer.

 

J’ai revu quelques amants et consolidé quelques amitiés nouvelles. Mon esprit plus que jamais en ébullition m’ouvre à des sensations fortes et tout mon être ne se lasse de goûter à des émotions jusqu’alors insoupçonnées…

20:40 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amitie, coeur, liege, vie, amant |  Facebook |

27/11/2006

LA FORCE DE L'ESPOIR

 

Vendredi, je suis allé rendre visite à deux amis bruxellois. La journée s’écoula paisiblement. Le lendemain, j’avais décidé de passer le week-end chez maman à Mons. J’y retourne au moins une fois par mois. Après deux jours, je ressens l’impérieux besoin de retrouver mon chez moi. C’est plus fort que moi.

 

Dans le train qui me ramenait à Liège ce matin, j’ai eu des larmes dans les yeux. Je les laissais s’écouler comme autant d’espoirs à nourrir. Plus forte que jamais, cette envie d’être une femme me taraude l’esprit et fait bouillir mon cœur. Je dois me résoudre à attendre que ces spécialistes décident de mon propre sort. S’ils décèlent en moi cette femme que j’espère tant devenir, ils me diront oui. Si pas, ils tenteront de me faire comprendre le pourquoi du non et tenteront d’apporter des solutions à ce problème existentiel…

 

Je ne veux pas entendre ce non. C’est impossible. J’ai envie de crier fort que je veux être Franny envers et contre tout. Laissez-moi devenir celle qui vit en moi depuis des années, laissez-moi fleurir intensément pour connaître l’essence même de mon bonheur…

18:17 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : espoir, bonheur, femme, larme, coeur |  Facebook |

24/11/2006

COMME UN PAPILLON

 

Mercredi matin, j’ai vu le psychiatre superviseur du comité. Ce fut une rencontre agréable qui a permis de dresser le bilan. On a reparlé de ma vie actuelle, ma situation professionnelle, mes projets d’avenir, mes passions, mes amis, ma famille… J’ai répondu le plus naturellement du monde aux nombreuses questions de cet homme que  je voyais pour la première fois. Il s’agissait de mettre les pendules à l’heure avant le prochain verdict des spécialistes avec lesquels je me suis entretenu ces dernières semaines.

 

Je suis confiant. J’attends sereinement l’avis du comité. J’espère réagir de la façon la plus posée à l’avis qui me sera donné. Je ne veux pas en souffrir, je veux être bien dans ma peau. Pour des raisons pratiques, je suis cet homme le matin et cette femme dès l’après-midi jusqu’au coucher. Ma féminité prend le dessus sur ma masculinité, et cela fortifie mon désir d’être cette femme qui vibre en moi, avec tout son cœur, avec toute son âme…

 

Je ne vis pas sur un nuage, je sais qu’il va falloir oser de plus en plus pour me prouver que je peux être Franny au grand jour. Mes sorties ponctuelles m’ont rassuré et m’ont motivé à l’idée de me révéler plus encore. Je suis comme un papillon qui déploie ses ailes doucement pour s' envoler…

08:07 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : papillon, psychiatre, homme, rencontre, vie |  Facebook |

19/11/2006

DES CONFIDENCES ET DES SOUVENIRS

 

Depuis mes 16 ans, je me confie à ma cousine Nadia. Elle sait mon homosexualité, mes amours malheureuses, mes espoirs de jeune homme. Les années ont passé, nous nous sommes un peu perdus de vue avant de nous retrouver il y a trois ans. Nous avons repris le cours de nos conversations comme si de rien n’était. Elle fut la première à savoir que j’écrivais un journal intime durant mon adolescence,  et elle a gardé le secret de mes confessions de jeune gay.

 

Récemment, je lui ai parlé de ma vie de travesti et de mes démarches auprès du comité. Elle m’a écouté, elle m’a compris. Je n’en ai pas douté une seule seconde. Elle vient souvent aux nouvelles et sonde mon état d’esprit. Elle me connaît relativement bien et le temps n’a pas altéré son jugement.

 

Nadia me rappelle souvent certains faits du passé. Elle a été témoin de réflexions de la part de mes oncles et de mes tantes alors que j’étais enfant. A leurs yeux, je n’étais pas un petit garçon comme les autres. Ils pressentaient ma nature homosexuelle. C’est fou comme ça fait drôle de s’entendre dire cela. A 10 ans, on n’est pas conscient de tout ce qui se trame autour de soi. Des souvenirs me reviennent,  des images défilent dans ma tête. J’étais très sage, je passais beaucoup de temps à dessiner et à chanter…

 

C’est vers 12 ans que j’ai véritablement pris conscience de mon désir de l’homme. Je ne me considérais pas comme une fille, j’étais un garçon réservé et sensible. J’ai atteint ma rhéto en  négligeant l’essentiel des amours de jeunesse. Et lorsque j’ai commencé l’université,  j’ai vite éprouvé le besoin de connaître des moments d’intense frisson…

15/11/2006

DERNIERES NOUVELLES

 

A part tous ces derniers bouleversements dans ma vie, je vais relativement bien. Je continue à donner mes cours privés d’anglais, mais cela commence à me soûler. Je voudrais faire autre chose, écrire à plein temps me plairait par exemple. Il y a une grosse boîte qui voudrait me voir mais bon j’ignore si cela débouchera sur un véritable job valorisant. Et puis j’aime ne rien faire de temps en temps, ça me détend…

 

Une amitié de trois ans s’est éteinte il y a quelques semaines. Nous nous étions réconciliés après un différend. Il n’a rien trouvé de mieux que me dire adieu  par mail en m’expliquant que ma morale de vie n’était plus conforme à la sienne. En voilà un qui n’a rien compris au sens premier de l’amitié. Il y en a deux dans cette ville à qui je tiens beaucoup et qui ne me déçoivent guère : Nathalie et Dominique.

 

Ces derniers ont été relativement surpris lorsque je leur ai annoncé mon intention de déménager. Ma nouvelle vie et mon  désir d'évoluer sereinement me poussent à partir vers d’autres cieux. Ce ne sera pas la première fois que je prends le parti de tout changer. J’envisage de quitter Liège au printemps 2007 si tout va bien…

13:36 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ville, nouvelle, amitie, cours, temps |  Facebook |

12/11/2006

CES HOMMES DANS MA VIE

 

C’est un dimanche comme tant d’autres, je tourne un peu en rond mais je me sens bien au calme. Quand je pense à tous ces hommes qui sont entrés dans ma vie en l’espace de six mois, j’étais loin d’imaginer que certains allaient laisser des traces…

 

Il y a d’abord eu Didier, ce beau Martiniquais brillant et sympathique qui manifesta le désir de me rencontrer pour vivre cette première fois avec moi. Je n’étais pas un objet de fantasme, j’étais pour lui une personne à part entière qui avait droit au respect. Je me souviens de son regard franc et de nos ébats magnifiques à la fin du printemps. Je n’ai plus de nouvelles.

 

Ensuite débarquèrent  Steve et Jean. Les deux manifestèrent beaucoup de tendresse et du désir à mon égard. Ils n’hésitèrent pas à me consacrer de précieuses minutes. Je ne les ai plus vus depuis, mais je sais que je peux les contacter sans problème.

 

Bernard arriva en août. Ce fut le coup de foudre sensuel de l’été. Je plongeais dans son regard tandis qu’il m’embrassait goulûment. Il me faisait l’amour intensément, j’éprouvais des orgasmes délicieux en sa compagnie. Je le revois de temps en temps. 

 

Ces dernières semaines, j’ai eu droit à des amants de passage avant d’en trouver deux ou trois réguliers. Bien souvent mariés, ils ne peuvent pas me consacrer plus de deux ou trois heures.

 

La présence dans ma vie de Patrick et de Philippe me rappelle qu’une vraie relation avec un homme est difficile. Je dois négocier du temps et discuter des paramètres indispensables au bon développement de nos relations. N’étant pas pessimiste, je me dis que le meilleur est à venir. Aussi, ma condition de célibataire m’ouvre bien des portes…

17:43 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : homme, relation, celibataire, temps, vie |  Facebook |

09/11/2006

LE GRAND JOUR

 

Comme c’était agréable de sentir le vent dans mes cheveux tout au long de mon parcours à pied jusqu’à mon psychiatre. Je le voyais pour la deuxième fois. J’y suis allée en Franny, j’ai osé braver le regard des gens, j’ai voulu me prouver que je pouvais être cette femme qui brûle en moi.

 

Arrivée à la clinique, je file aux inscriptions. Aucun regard déplacé ne vient perturber l’accueil agréable. Je suis telle une femme qui se rend à une consultation avec mon long manteau noir. Je n’ai pas toujours le cran de soutenir un regard  mais il faut avouer que j’en suis seulement à ma toute première sortie en plein jour. Je n’ai pas stressé, j’ai vécu cela comme une promenade vers ma nouvelle vie.

 

J’ai pris l’ascenseur pour monter au septième. Deux hommes m’entouraient, je ne me suis pas sentie épiée. Je me sentais relativement sûre de moi, j’ai même dit bonjour aux secrétaires en arrivant.

 

Quelques instants plus tard, mon psychiatre m’invitait à le rejoindre dans son cabinet. Il m’a demandé comment j’allais, je lui ai répondu que je me sentais bien. Me voir en femme devait certainement le rassurer sur mon désir d’en être une. Ainsi nous avons discuté de ces dernières semaines écoulées. Il me mit au courant des résultats des premiers tests. Rien d’anormal, tout va bien. Je ne souffre d’aucune pathologie particulière. Je ne suis pas dépressif, j’ai un faible taux d’anxiété, je suis de nature très sociable, et beaucoup de mes réponses étaient des réponses de femme. Mon psychiatre m’a aussi dit que cette aisance à vivre comme une femme allait davantage s’affirmer.

 

Je suis rentrée sereine en croisant quelques regards pas surpris le moins du monde. Tout cela m’a conforté dans l’idée que je peux devenir une femme moi aussi…

18:50 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : psychiatre, femme, test, regard, gens |  Facebook |

30/10/2006

A LA DECOUVERTE DE MON MOI

 

J’ai revu mon psy lors d’un nouvel entretien, celui-ci nous a permis de mieux cerner la situation. Je me justifie trop, j’aborde pas mal de choses par la négative et l’idée de devenir une femme est un peu floue, tout cela de l’avis de l’homme qui est là « pour m’empêcher de faire une connerie ».

 

J’ai eu l’occasion de passer le fameux test de Rorschach, couramment utilisé en psychologie, et qui permettra de mieux cerner celui que je suis au travers de mon interprétation des taches d’encre. Tout un tas de personnages, d'animaux ou d'objets que croit déceler le patient en observant avec la plus grande attention ces taches qui ne représentent rien  à l'origine...

 

En outre, j’ai eu le bonheur de déployer tous les trésors de mon imagination pour raconter des histoires au travers de 10 portraits proposés un à un. Je devais narrer le début et la fin d’une histoire au départ du dessin présenté. Par exemple, la première planche  montrait un petit garçon triste et pensif  devant son violon. J’ai raconté que Paul avait brossé les cours et avait donc été privé de leçon de violon, chose qu’il affectionnait tout particulièrement. Pour le punir, son père le somma de l’accompagner à la pêche, ce qui avait pour effet d’arracher des larmes à Paul. Et des tas d’autres histoires encore… J’appris ainsi que mes histoires reflétaient l’être que j’étais. Autrement dit,  tous les personnages des histoires, c’est moi !...

 

En endocrinologie, j’ai fait la rencontre d’un médecin très sympathique. On reparla de la procédure, on me fit des tas de prises de sang pendant une heure trente : taux d’hormones, hiv,  hépatite et j’en passe…Il m’a été recommandé de me trouver un médecin généraliste qui pourrait  servir d’intermédiaire  lors de mes prochains examens…

 

Ce furent ainsi des tests psy, des entretiens divers, un check up santé complet nécessaires au diagnostic de transsexualisme…Au travers de cette procédure, on décortique mon passé, mon présent et mon futur…J’arrive bientôt au terme de semaines qui me conduiront vers mon nouveau destin…

21:47 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : moi, rorschach, psy, femme, endocrinologie |  Facebook |

17/10/2006

ENTRETIEN AVEC MON PSY

 

J’avais rendez-vous à 14h ce lundi. Il m’a fait entrer dans le vestibule, m’a ouvert la porte sur son cabinet ou je fus invité à prendre place dans un grand divan blanc. Un fameux divan, celui de toutes les vérités, des plus petites aux plus grandes, des plus douces aux plus troublantes…

 

Mon psychologue se vautra dans son fauteuil de cuir noir et commença à m’observer de son regard vif. Cela me faisait drôle de me retrouver devant cet homme. J’admis ne pas en avoir l’habitude mais cela ne me gêna pas pour lui annoncer le but de ma visite. Je le sentis intéressé et très observateur.

 

Cette féminité qui a pris le dessus sur ma masculinité au printemps dernier l’a pas mal intrigué. Il m’a demandé pourquoi. Il s’est étonné de savoir que  du jour au lendemain je n’ai plus couché en tant qu’homme avec un autre homme. Qu’est-ce qui a été déclencheur selon moi ? Je lui ai avoué ne pas le savoir moi-même. Grosse question qui n’a pas trouvé de réponse…

 

Voilà près de cinq mois que je me travestis entre mes quatre murs et je songe devenir une femme. N’est ce pas là une façon, selon lui, d’éviter cette ambiguïté de mise pour ressembler à une vraie femme, ce qui m’évitera ainsi de me préoccuper de ce que pensent les autres…Franck est-il insatisfait au point d’éprouver le besoin de se transformer en Franny ? Franck n’aime-t-il pas jouer ? Franck n’est-il pas constamment sur le fil ?

 

Mon psy m’a aussi demandé de lui parler de la femme que je voulais être. Je l’ai imaginée douce, affable, humaine, élégante et sexy, avec une vie sociale et professionnelle assez classique somme toute. Je me souviens avoir beaucoup parlé avec les mains lorsque je lui disais que je voulais être cette femme tout le temps et que je souhaitais avoir une vie sociale à part entière en Franny.

 

Quarante cinq minutes se sont écoulées à sentir ce regard qui vous scrute et qui n’en pense pas moins… Suite la semaine prochaine au deuxième entretien…

21:42 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : divan, verite, femme, homme, visite |  Facebook |

12/10/2006

DES TESTS PSYCHOLOGIQUES

 

Le mois d’octobre a commencé sur les chapeaux de roue. Curieux et enthousiaste, je suis allé passer des tests censés aider à une meilleure compréhension de ce qui m’arrive. Voici comment le nouveau patient que je suis a décrypté tout cela.

 

Il y a d’abord eu ce test destiné à vérifier le fonctionnement de mon cerveau, avec des électrodes sur ma tête et tutti quanti. Des séquences son à reconnaître, des séquences chiffres à achever, toute une ribambelle de choses pour voir comment mon cerveau se comporte…

 

Le plus intéressant, ce fut ce test de 560 questions psychologiques seul rivé devant un ordinateur. Deux réponses simples pour chacune des questions : vrai ou faux, puis valider… Je me souviens de la première affirmation : j’ai bon appétit…la deuxième : j’aime lire des revues techniques… puis un tas d’autres comme j’adore ma mère, mes amis ne partagent pas mes projets donc je change d’avis, je  me sens mieux après une crise de larmes, j’ai toujours une totale confiance en moi…Il y en a au moins une trentaine qui laissent très perplexe, mais bon j’ai donné mon avis sur toutes en une heure.

 

Après ce test, j’eus droit à  trois questionnaires à remplir. Le premier concernait la dépression, le deuxième se renseignait sur mon état d’esprit actuel, le troisième se penchait sur ma sexualité…Je me souviens de phrases du genre : j’aurais voulu naître fille, je veux avoir des seins, ma barbe me dérange, je m’habille toute la journée en femme…

 

Ainsi donc, cela conclut une première série de tests que mon psychiatre et mon psychologue vont étudier afin de voir qui je suis…Les semaines qui viennent seront encore assez chargées.  Mon envie de savoir où ma vie m’emmène reste plus que jamais intacte…

21:07 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : test, psychologie, question, cerveau, femme |  Facebook |

02/10/2006

1 AN DEJA...

 

Le jour où j’ai décidé de mettre en chantier mon blog, j’ignorais à quel point ma vie allait changer en l’espace de quelques mois. Certains ne se sont pas étonnés, ils savent mon tempérament surprenant, d’autres ont dû s’habituer à des secousses auxquelles ils n’étaient pas préparé sans pour autant se poser mille questions.

 

Des souvenirs de mes premiers émois aux espoirs les plus tendres, en passant par des hommages, des récits, des coups de gueule, des aspirations nouvelles, j’ai souhaité dès le début donner un ton bien particulier à mon blog. Je le voulais sincère dans sa démarche, je n’étais pas là pour épater le lecteur, j’allais écrire tout ce que mon cœur me dictait jusque dans ses élans les plus secrets.

 

Comme il est bon de se savoir lu aussi. C’est tellement grisant de voir à quel point vos articles suscitent l’intérêt de lecteurs toujours plus nombreux. Je ne suis pas là pour être au top du hit parade des blogs, j’écris parce que j’en éprouve le besoin au plus profond de moi. Et tant mieux si mes lecteurs éprouvent du plaisir à ma lecture, ça me donne l’envie de leur donner le meilleur de moi-même.

 

Je ne sais pas vraiment ce que l’avenir me réserve, mais je sais que je continuerai à raconter les épisodes tumultueux de ma vie qui change.

 

Je vous remercie de me lire depuis un an jour pour jour. Je n’ai qu’un regret : ne pas pouvoir connaître tous mes lecteurs fidèles…

19:06 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : un, blog, vie, question, lecteur |  Facebook |

26/09/2006

RENDEZ-VOUS CHEZ LE PSYCHIATRE

 

Ca y est, les choses sérieuses commencent… Ce matin à 10h, j’avais rendez-vous avec mon psychiatre. Accueil sympathique, clinique sobre, l’air qu’on respire semble un peu lourd.

 

Tout de suite, celui-ci m’indiqua la procédure suivie par le comité de médecins universitaires dont il fait partie. Ainsi donc, après ce premier entretien, je suis invité à effectuer divers tests psychologiques en solo ou auprès d’un de ses confrères. Fin octobre, je me rendrai au département endocrinologie avant de revoir mon psychiatre début novembre.

 

Après ces tests très fiables et ces entretiens, tout le comité se réunit et prend une décision sans appel. S’il existe des divergences de vues, on retarde un peu le verdict. A ce stade, c’est oui ou c’est non. L’aval du comité déterminera votre avenir de transexuel…

 

En 45 minutes, on a fait le tour de la question en ce qui me concerne. L’enfance, les souvenirs, ma féminité, mon homosexualité, ma vie de travesti…Et comme j’ai dit à mon psychiatre que je m’impatientais de sortir en Franny, il m’a proposé de venir au prochain rendez-vous en femme. J’y songe sérieusement, je veux lui montrer la Franny que je suis en novembre.

 

Lorsque le comité de spécialistes donne son aval pour la transformation, on est tenu de faire un test de vie. Autrement dit, il faut commencer vraiment à vivre sa vie de femme tout naturellement pendant un an. C’est une période transitoire indispensable et recommandée par les psychologues.

 

Mon psychiatre n’est pas en mesure de se prononcer maintenant sur mon cas. Il a simplement dit que je n’avais pas l’air déprimé et que je donnais le sentiment d’avoir les idées claires. Il ajouta qu’il lui semblait que j’étais bien dans ma double vie…

21:00 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : psychiatre, vie, test, comite, verdict |  Facebook |

22/09/2006

FRANNY PASSIONNEMENT

 

Voilà près de cinq mois que ma vie a pris un tournant important. Sera-t-il décisif ? Vais-je devenir plus déterminée encore ? L’avenir me le dira bientôt.

 

Ces dernières semaines, j’ai appris à vivre comme une femme,  j’ai longuement parlé de tous ces remous intérieurs à des proches et des moins proches, j’ai vu des hommes défiler par dizaines dans ma vie…

 

L’état de travesti ne me suffit plus. J’aspire à être celle qui s’extériorise de plus en plus. Tôt ou tard, je vais prendre de l’assurance et déciderai de m’afficher au grand jour. Ca me tente, ça m’excite, ça grouille à l’intérieur de moi.

 

Ma garde robe s’étoffe. Le maquillage n’a plus de secret pour moi. Je me sens bien quand je suis Franny, j’étouffe un peu dans la peau de Franck. Mon besoin de savoir et de parler est grand, je multiplie les contacts…

 

A part mes amis et certaines connaissances, personne n’est au courant de ma démarche. J’y pense et ça m’effraie beaucoup moins. Je ne suis pas au bout de mes surprises…

16:58 Écrit par franck dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ami, femme, surprise, travesti, avenir |  Facebook |

11/09/2006

QUAND LA VIE FRAPPE

 

Cinq ans déjà que les deux tours du World Trade Center se sont effondrées faisant près de 3000 morts le 11 septembre 2001. John avait peut être quitté Shirley  sur une dispute avant d’aller au travail ce jour là. Prisonnier des flammes après l’attentat, il avait, dans un instant d’ultime détresse, laissé un message sur la boîte vocale de celle qu’il n’allait plus jamais revoir… Il lui a dit avec un terrible accent de vérité dans la voix : I love you, babe, I’ll never forget you…

 

Comment oublier celui que la vie vous a pris sauvagement un beau matin ? Comment admettre l’épouvantable vérité ? Comment faire pour recommencer à vivre après le drame ?... Les émotions sont vives, les larmes coulent  et couleront encore durant des années…

 

Après de tels drames, nous nous rendons souvent compte à quel point la vie peut être fragile. Voilà pourquoi je me bats tous les jours pour faire vivre celle que je deviens, pour exprimer mes émotions le plus intensément avec ceux que j’aime. Le bonheur est à portée de nos doigts, il faut le saisir avant qu’il ne soit trop tard…Soyons vrais, soyons forts, la vie vaut la peine d’être vécue…